Chapitre 6 : Un poème d’amour

Version 1 :

Le poète Catulle fait une demande bien entreprenante à celle qu’il aime, Lesbie…

Da mi basia mille, deinde centum,

dein mille altera, dein secunda centum,

deinde usque altera mille, deinde centum ;

deinde, cum milia multa fecerimus,Lesbie et son moineau

conturbabimus illa, ne sciamus,

aut ne quis malus invidere possit,

cum tantum sciat esse basiorum.

Catulle, Poésie, V

do, as, are : donner

conturbo, as, are : mélanger

invideo, es, ere : être jaloux

mi = mihi = à moi

usque : à la suite

ne : pour que ne…pas

aut : ou bien

tantum + gen : tant de

 

malus, a, um : mauvais

quis = aliquis : quelqu’un

psyché ranimé par amour

Version 2 :

Le poète Tibulle explique la limite que l’amant ne doit pas dépasser dans les jeux de l’amour.

A (ah !) lapis est ferrumque, suam quicumque (quiconque)puellam

verberat : e caelo deripit ille deos.statue amour et psyché

Sit satis e membris tenuem perscindere (déchirer)  vestem,

sit satis (il suffit de) ornatus dissoluisse comae (sa coiffure),

sit lacrimas movisse satis : quater ille beatus

quo tenera irato (à cause de la colère duquel)flere puella potest ;

sed manibus qui saevus erit, scutumque sudemque

is gerat et miti sit procul a Venere.

Tibulle (v. 50-v.19 avant JC.) Elégies, I, 10, 61-66.