Chapitre 9 : Comédies et tragédies antiques

  • Dès l’Antiquité, la comédie est un genre important et reconnu.

scène de comédie fresque atrium pompéiScène de comédie, fresque d’une maison de Pompéi, 1er siècle après JC.

Le principal représentant de la comédie classique grecque est Aristophane, dont on a conservé onze comédies, même s’il en a probablement écrit plus de mille.     

La comédie antique repose sur quelques principes :

  • elles mettent en scène des événements de la vie de la Cité. Elle a alors une fonction satirique et obéit à une composition précise dont on retrouve la trace dans la comédie classique de la seconde moitié du XVIIe siècle.
  • Elles  n’hésitent pas à recourir à des plaisanteries scabreuses ou scatologiques (pipi, caca !).

masque comédie esclaveMasque de comédie grecque, esclave.

La comédie grecque évolue à partir du IVe siècle : ses décors et ses personnages changent :

  • Le lieu de l’action devient le plus souvent l’intérieur d’une maison
  • et l’intrigue suit une ligne plus cohérente que par le passé.
  • Apparaissent aussi des types et des situations qui sont ceux de la comédie classique :  de jeunes héros veulent se marier mais leurs projets sont contrecarrés ; l’esclave (ancêtre du valet) est rusé et déjoue les pièges ; des personnages de fanfaron viennent égayer la pièce (soldat, cuisinier, etc.). Chaque personnage est symbolisé par un masque.

masques tragiques

Ménandre, dramaturge grec du IV ème siècle avant JC,  influencera  Plaute et Térence dramaturges romains du Ier siècle après JC.

buste de ménandre copie romaine Buste de Plaute,dramaturge latin du IIIème siècle avant JC

La comédie latine est un genre très vivant et très varié. Elle développe le jeu des acteurs masqués, mais aussi le goût des décors et des costumes.

mosaiquesromaines sousse tunisie acteurs et masques

Leurs pièces seront traduites et mises en scène au XVIIème siècle à la cour de Louis XIV et remportent un très vif succès auprès des lettrés de l’époque. Molière imitera La Marmite de Plaute dans L’Avare.

 

  • La tragédie grecque, selon Aristote dans son traité La Poétique, est « l’imitation d’une action de caractère élevé… qui suscite terreur et pitié et opère la purgation des passions (catharsis) et propres à de telles émotions. »

aristoteBuste d’Aristote, savant et philosophe grec du IVème siècle avant JC.

Au Ve siècle avant Jésus-Christ, trois grands tragiques, Eschyle, Sophocle, Euripide, ont chacun à leur manière fait évoluer le genre de la tragédie.

Eschylesophocleeuripide

Ils ont  fait intervenir de plus en plus de personnages : d’abord, un seul acteur sur scène (le protagoniste), puis Sophocle introduisit un deuxième (le deutéragoniste), puis Euripide un troisième (le tritagoniste).

En alternance aux parties dialoguées, les parties dansées et chantées du chœur et les interventions du coryphée, le chef de chœur, dans les épisodes (actes) font du théâtre grec un spectacle complet, entre notre opéra et notre théâtre.

Plus précisément, après un prologue servant d’exposition, a lieu l’entrée du chœur (parodos) ; puis les spectateurs assistent à une alternance de d’épisodes dialogués et de chants du chœur ; la tragédie se termine par la sortie du chœur (exodos).

déroulement des tragédies

Dans ses tragédies, le théâtre grec a fait entrer en résonance le propos de l’intrigue et les préoccupations de la Cité. Dès l’origine, la tragédie s’est dotée d’une fonction morale et didactique : en montrant au public des destins de héros hors du commun, confrontés à la dureté du destin ou à leurs propres démons.

Les tragédies grecques ont été les premières à utiliser le théâtre comme un « miroir du monde ». Racine et Corneille, célèbres français du XVIIème siècle, se sont inspirés de leurs pièces.