Du côté d’Herculanum

Herculanum est une petite cité de 4000 habitants en 79 après JC.

Herculanum, Ercolano et le Vésuve

C’est une petite ville tranquille, qui vit au rythme de quelques boutiques et petits commerces. Peu agitée par la vie politique, la cité profite de son emplacement privilégié dans la baie de Naples pour accueillir les riches patriciens en quête de tranquillité, loin de Rome, durant les chauds mois d’été. Ils se sont fait construire de magnifiques villas et profitent des thermes locaux ou privés.

Au pied du Vésuve, Herculanum est redécouverte au XVIIIème siècle et en 1738 commence le premier chantier de fouilles archéologiques. Etendue sur 12 ha, 4.5 ha sont mises totalement à jour.

Une rue d’Herculanum, au fond Ercolano

Le premier grondement du Vésuve a pris les habitants au dépourvu car personne ne voyait en lui un volcan. Une pluie de lapilli s’abat ensuite sur la ville et entraîne les habitants à chercher des abris sûrs. L’air devient vite irrespirable. Chacun cherche une issue

Enfin un fleuve de lave boueuse enterre inexorablement la ville avec ses habitants. Cet amas de plus de 12 m de boues volcaniques constitue une gangue extraordinaire qui a permis la conservation et donc la redécouverte de la cité perdue.

Cette ultime coulée pyroclastique fige la ville dans son état du 24 août 79. C’est un témoignage extraordinaire de la vie et des coutumes antiques.

Une taverne

La ville a été construite comme toutes les cités romaines avec un forum au croisement des deux routes principales : le Cardo Nord-Sud) et le Decumanus (Est-ouest). Ses rues sont pavées et même équipées de fontaines à l’eau courante et potable et de passages pour piétons.

La ville était équipée de thermes centraux, petits mais les mieux conservés du monde romain. On y trouve l’apodyterium, le frigidarium et le caldarium avec de magnifiques mosaïques.

On a longtemps pensé que les habitants d’Herculanum avait pu s’enfuir à temps, contrairement à ceux de Pompéi, car peu de corps avaient été retrouvés dans les vestiges des maisons. Mais une découverte relativement récente, dans les années 1980, a permis de comprendre qu’ils n’avaient pas fui mais s’étaient réfugiés dans les petits abris, sous les arcades de la plage.

270 corps ont été retrouvés dans les abris à bateaux au bord de la plage. Les corps étaient intacts : sans traumatisme ni fractures, dans leur position d’origine. Ils étaient venus se réfugier là avec leurs bijoux, bagues, bracelets, boucles d’oreille et même qu’un d’entre eux avait emmené avec lui sa trousse d’instruments chirurgicaux. Ils ont été surpris par la coulée de lave et sont morts instantanément à cause de la chaleur.

Depuis 1927 le site est scientifiquement et rationnellement fouillé. De nos jours, un important programme de conservation et de restauration est entrepris pour redonner naissance à Herculanum.

Pour compléter cette découverte

Regardez le documentaire ICI