EPI1 leçon1 : Maîtres, esclaves et affranchis

En famille :

Chez lui, le dominus, i, m (maître de maison) est entouré des membres de sa gens, ntis, f  (parents et enfants) et de sa familia, ae, f.

Formé sur le nom famulus, i, m (serviteur), le terme familia a d’abord désigné l’ensemble des personnes au service du maître, puis tous ceux qui vivent sous le même toit, esclaves compris.

Certains maîtres traitent leurs esclaves en bon père de famille (familiariter) : ils font preuve d’humanitas, atis, f (humanité, bienveillance). Comme le dit Sénèque, ils n’oublient pas que les esclaves sont aussi des êtres humains (humani), même s’ils sont humbles (humiles).

mosaique esclaves et dame à sa toilette

La servitude :

Le nom servus, i, m désigne un hommes qui est asservi à un autre.  Il est formé sur la racine serv-, qu’on retrouve dans les verbes servire (être soumis à quelqu’un, servir quelqu’un) et servare (être attentif à quelque chose, observer, garder un bien, conserver).

Composés à partir de servus, les noms servitus, utis, f et servitium, ii, n désignent la servitude (la condition d’esclave) et le service (la charge remplie par l’esclave).

Une femme esclave est désignée par le nom ancilla, ae, f et un jeune esclave par le nom puer, i, m.

Un esclave que son maître a rendu libre (liber) est un libertus, i, m.

Vous remarquerez que le mot français esclave ne vient pas de cette racine. Du latin médiéval sclavus signifiant « slave » au VIIe siècle et prenant le sens d’« esclave » au Xe siècle. Les Slaves des Balkans faisaient l’objet d’un commerce intensif à partir du haut Moyen Âge.

De même, faites bien attention de ne pas confondre le serf et le cerf. Au Moyen-Age, on appelle serf (de servus) l’homme qui travaille à la merci du seigneur pendant que celui-ci va chasser le cerf !

bas relief dame romaine et son esclave

L’affranchissement : 

Jamais remise en question, la condition d’esclave est à Rome un état de fait. Cependant, quitter cet état est possible grâce à l’affranchissement (manumissio). Sous l’Empire, c’est-à-dire à l’époque de Sénèque, les moeurs ont évolué, on reconnaît plus volontiers l’homme dans l’esclave. Et l’affranchissement devient plus fréquent et se pratique essentiellement par testament. Des cérémonies d’affranchissement du vivant du maître sont organisées et le libertus travaille souvent jusqu’à la fin de sa vie pour son ancien maître.

Le pileus : symbole de liberté

Le pileus est une espèce de bonnet pointu en feutre (pilos en grec) dont la mode est venue de Phrygie, actuelle Turquie. A l’origine, c’est un chapeau porté par les gens de modeste condition, comme les bergers. A Rome, il est donné à l’affranchi comme symbole de liberté.

 

bas-relief scène d'affranchissement