La fondation d’Alexandrie

Après la mort d’Alexandre et le partage de son empire en 4 royaumes, la diffusion de la culture grecque en Orient se poursuit. Des nouvelles villes sont fondées, plus spacieuses, mieux alimentées en eau. Les artisans bénéficient d’importantes commandes royales. Le commerce et la banque enrichissent une nouvelle bourgeoisie qui se fait construire des maisons plus grandes et mieux conçues. Une ville comme Alexandrie  attire de nombreux savants et favorise le développement des connaissances.

C’est en -332 -331 av. J.-C. qu’Alexandre arrive en Égypte. Il décide de fonder une ville qui par son port permettra une liaison facile avec la Grèce. Il choisit un site entre la mer Méditerranée et le lac Maréotis, non loin d’une des branches du delta du Nil (le creusement d’un canal permettra d’unir la ville au Nil). Il existe déjà un petit village de bergers, Rhakotis. Le sol est pierreux et salin. Il n’y a pas d’eau potable (il faudra donc construire des citernes et puiser l’eau dans le lac).

L’architecte Dinocratès de Rhodes est chargé d’établir le plan de la ville, qu’il dessine avec un réseau de rues perpendiculaires les unes aux autres. Les deux voies principales ont trente mètres de large. C’est dès l’origine une ville à l’urbanisme moderne. Les limites de la ville sont tracées avec de la farine. La ville ne prend de l’importance qu’avec la prise du pouvoir par Ptolémée Ier Soter, en 323 av. J.-C., car c’est ce dernier qui fait d’Alexandrie sa capitale. 

Ptolémée Ier, l’ami et ancien général d’Alexandre fait construire la Bibliothèque et le Musée, Alexandrie devient alors un grand centre intellectuel, qui va détrôner Athènes. Il introduit en Égypte le culte de Sérapis, pour lequel on commence le grand temple du Sérapeum. Son fils Ptolémée II Philadelphe fait édifier le Phare.

La ville attire les populations de la partie orientale du bassin méditerranéen. Les communautés se regroupent par quartier : les Grecs autour du palais royal et des grands monuments ; les Égyptiens à l’ouest (Rhakotis). Les juifs très nombreux, occupent une place importante dans l’administration du royaume. C’est à Alexandrie que la Bible est traduite en langue grecque. La ville se peuple aussi, des paysans égyptiens qui fuient les campagnes pour échapper à la fiscalité écrasante des Ptolémées.

 

Lire l’article d’André Bernand :

La folle aventure de la fondation d’Alexandrie

 

Décrire et interpréter le tableau : 

La Fondation d’Alexandrie, Placido Costanzi, 1702-1759.

Lire le texte de Diodore de Sicile :

Bibliothèque historique, XVII, 52, 1-2.

 

 

 

 

Regarder le documentaire : 

 

Répondre aux questions du Quizz

Quizz