Les grotesques de la Domus aurea

 

La domus aurea

Non in alia re tamen

damnasior fecit (Nero)

quam in aedificando domum

a Palatio

usque Esquilias,

quam primo “transitoriam” (nominavit)

mox incendio absumptam

restitutamque

damnasior = plus dispendieux

quam = que

fecit = il se montra

staret = se tenait

usque = jusqu’à absumptam = détruite

restitutam = reconstruite

auream (domum)nominavit…

Vestibulum ejus fuit,

in quo

colossus CXX pedum staret

ipsius effigie.

La solution est ici

La Domus aurea : 

La Domus aurea ou Maison dorée est un immense palais impérial de la Rome antique, que Néron fit construire, qui couvrait une partie importante de Rome intra muros. Elle comportait plusieurs bâtiments distincts, de vastes jardins, un lac artificiel, mais aussi une salle de banquet dont le plafond en forme de voûte céleste tournait sur lui-même. 

I. Construction : 

À partir de l’an 65, après l’incendie de Rome dont on l’accuse, l’empereur Néron confie à deux architectes, Severus et Celer (Tacite, Annales, XV, 42), la construction d’un somptueux palais qui doit s’étendre du mont Palatin au mont Cælius, partie avancée de l’Esquilin, là où l’incendie a laissé de la place. Constitué de vastes appartements et de salles d’apparat, l’ensemble comprend en outre des bains, des maisons de campagne, des cryptoportiques et des jardins où se dressent des colonnades qui se reflètent dans des nymphées.

II. Architecture :

La construction de la Domus transitoria et de la Domus aurea voit l’introduction dans le monde romain d’innovations architecturales et artistiques remarquables :

  • multiplication des salles en voûte et des coupoles. La salle de banquet arrondie avec sa coupole de 13 m de diamètre,
  • ouverte à son sommet par un oculus et supportée par 8 piliers préfigure l’architecture du Panthéon de Rome ;

pantheon reconstitution

  • fontaines d’intérieur monumentales (nymphées) diffusant la fraîcheur et des reflets lumineux dansant dans les salles ;
  • premières mosaïques placées pour la première fois dans le monde antique sur des parois verticales ou des voûtes, technique qui se généralisa après Néron et se perpétua pendant des siècles ;
  • fresques murales d’inspiration fantastique, représentant des architectures en trompe-l’œil, préfiguration des derniers styles de peinture pompéiens.

domus aurea reconstitution

Les bâtiments de la Domus aurea atteignaient un gigantisme inégalé et extraordinaire : les fouilles du xxe siècle réalisées sur les pentes de l’Oppius ont permis de dégager un ensemble monumental de 240 m de long (longueur d’origine estimée à 370 m), construit en briques et en béton, comportant près de 200 pièces (environ 150 ont été dégagées). Les voûtes intérieures atteignaient 10 m de hauteur. Curieusement, aucune installation nécessaire à l’habitation (cuisines, latrines) n’a été repérée, ce qui laisse supposer que cette partie du palais adossée à la colline était plus un décor ou un vaste espace de représentation, qu’une résidence impériale permanente.

gigantisme

III. Archéologie : 

Othon, un des successeurs de Néron, fit voter par le Sénat en 69 un crédit de 50 millions de sesterces pour terminer les travaux de la Domus aurea.

Mais après 69, l’espace occupé fut rendu au public romain et progressivement réaménagé : Vespasien créa dans la partie nord ouest un vaste jardin public, le forum de la Paix ; construisit sur l’emplacement du lac de Néron asséché « l’amphithéâtre flavien » du nom de la dynastie de son constructeur, et qui prit ultérieurement le nom de Colisée(Colosseum), en référence à la statue colossale de Néron, édifiée à cet endroit et transformée par la suite en statue d’Hélios. La partie de la Domus aurea adossée au mont Oppius fut ensevelie sous les remblais lors de l’édification des thermes de Trajan ; sur l’emplacement du vestibule de la Domus aurea, Hadrien fit construire à partir de 121, le vaste temple de Vénus et de Rome, entre le « Colisée » et le Forum romain.

Ainsi remblayée, la Domus aurea disparaissait aux yeux des Romains, mais se trouva involontairement protégée.

Recherche : grotesque domus aurea 1

  1. Comment la Domus aurea fut-elle redécouverte au XVème siècle ?
  2. Que découvrit-on alors ?
  3. Que peut-on admirer sur ces fresques ?grotesque domus aurea
  4. Comment baptisa-t-on ce style pictural ?
  5. Donnez sa définition.
  6. Quel auteur utilise ce mot pour la 1ère fois ?
  7. Ce mot a un autre sens de nos jours. Que veut-il dire ?
  8. Où retrouve-t-on ce style dans l’Empire romain ?
  9. Citez le nom d’artistes célèbres de la Renaissance qui s’en inspirèrent.
  10. Où peut-on encore admirer ce style  ?

domus aurea peinture